Articles tagués : soupes

Reconciliation

Il est des moments, dans un voyage, où l’on se rabiboche un peu avec son statut de touriste. Où l’on se dit que l’on va encore voir un truc qui est dans tous les guides, en craignant que se répète l’expérience de la veille : une certaine frustration. Chat échaudé craint l’eau froide…
C’est quand on se rend compte que l’on se faisait des idées qu’on se sent tout réconcilié avec ce soi-même de voyageur que l’on se  coltine parfois comme un fardeau.
Ainsi en est-il allé au Wat Pho, temple royal de première catégorie s’il vous plaît, et qui s’élève à quelques pas du somptueux complexe tout aussi royal que nous avons fui hier. C’est tout aussi doré et couvert de mosaïque, le Wat Pho, et en particulier le spectaculaire bouddha couché, si grand qu’il tient à peine dans son temple et qui vaut le détour à lui seul, mais on n’y a pas le sentiment d’être poussé vers la sortie par des hordes de touristes coréennes toutes coiffées de la même permanente aux reflets mauves. N’allez pas croire que j’ai une dent contre les Coréennes, pas du tout, mais avec les permanentes mauves…
Ce n’est pas non plus que soit désert. Il y a du monde, mais juste ce qu’il faut pour la visite reste agréable. Que l’on ait le temps de se sentir repu. Et d’en reprendre quand même un peu histoire de se dire que ce coup-là, ça suffit. Un peu comme avec les fraises tagada en fait. Sauf qu’avec les fraises tagada, c’est toujours trop tard…
Bref, si vous voulez un petit conseil, contemplez le Wat Phra Kheo de l’extérieur et filez vers le Wat Pho. Vous n’y perdrez aucunement au change et y gagnerez en sérénité !
Le Wat Arun, sur l’autre rive du Chao Praya, c’est un peu comme le palais royal. C’est vachement plus chouette d’un peu loin.
Mais pour vraiment se réconcilier avec la vie, pour dégorger un peu de tout ce merveilleux clinquant, il faut aller se perdre dans Pak Khlong Talat, le marché aux fleurs. Là, tout est profusion d’orchidées et de tagètes, senteurs de jasmin et de rose. De piment frais et de durian. De citronnelle et de coriandre. Et pour finir, il faut manger une bonne soupe de nouilles dans un soï un peu glauque… Et aller faire un peu de comportementalisme à la Croix Rouge. Mais ça, je laisse Jean-Pierre vous l’expliquer.
Je crois que Suzie et Patrick vont adorer !
On ne vous a pas dit ?
On se retrouve ici à la fin de nos voyages respectifs…

Publicités
Catégories : Bangkok | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.